Partner open 13

Les Français en force

Publié le 19/02/2018

Les Français en force

La première fois qu'il est arrivé à l'Open 13 Provence, Gilles Simon a regardé la liste des anciens vainqueurs et s'est dit qu'il avait sacrément envie de les rejoindre. C'était en 2005, le Niçois avait tout juste 20 ans. Depuis, son rêve marseillais s'est réalisé, et même à deux reprises, en 2007 puis en 2015. Ce mardi, au moment d'entrer sur le court central, Hugo Gaston aura sans doute, lui aussi, plein d'étoiles dans les yeux et l'envie de bien faire dès la première fois. A 17 ans, le Toulousain effectue là ses débuts sur le grand circuit.

En revanche, Hugo Gaston a roulé sa bosse sur le circuit juniors, et bien comme il faut, devenant notamment le troisième Français, après Guy Forget et Gianni Mina, à inscrire son nom au palmarès du mythique Orange Bowl. C'était en décembre dernier. Le voilà maintenant chez les grands, avec un tirage au sort lui permettant même d'espérer. Pour ce premier tour, Gaston affronte l'Italien Stefano Travaglia, issu des qualifications. Près de 1200 places séparent les deux joueurs au classement ATP. Une victoire du Français serait synonyme d'exploit. Mais Travaglia vient d'enquiller deux matchs de qualifs intenses.

Herbert, trois ans plus tard

Gilles Simon, lui, en est désormais à sa 12e participation à l'Open 13 Provence. Mais à 33 ans, il ne semble pas s'en lasser. Comme beaucoup de joueurs français, il aime à répéter que le tournoi provençal est l'un de ses préférés, qu'il tient une place à part dans sa carrière. Et comme beaucoup de joueurs français, il revient donc fidèlement chaque année. En 2017, il s'était incliné face à Jo-Wilfried Tsonga au stade des quarts de finale.

Pour ce 25e anniversaire du tournoi, Simon va cette fois devoir passer par la case Maximilian Marterer pour espérer aller plus loin. Onze ans - mais seulement quatre places au classement ATP - séparent Gilles Simon du joueur allemand. Mais à 33 ans et désormais classé 66e, Gillou a toujours la même envie. "Marseille est un rendez vous incontournable, explique-t-il. Le tournoi est prestigieux, il y a toujours de très grands joueurs. Je crois d'ailleurs que tous les meilleurs, sans exception, ont joué Marseille! C'est un plaisir de venir. Vraiment, les raisons de jouer ici chaque année ne manquent pas !"

Pierre-Hugues Herbert n'est pas un habitué. L'Alsacien n'a disputé qu'une seule fois le tournoi provençal. C'était en 2015. Issu des qualifications, P2H avait été sorti par… Gilles Simon ! Trois ans plus tard, c'est avec un autre statut, et face à Norbert Gombos qu'Herbert va enfin retrouver le Palais des Sports. Sans doute plus en confiance, mais pas trop quand même. Car Gombos, même issu des qualifs, reste un client sérieux. Nicolas Mahut, battu l'an dernier au deuxième tour par le Slovaque, pourra sans doute donner quelques tuyaux à son pote P2H, avec qui il vient de remporter le tournoi de Rotterdam en double. Leur 11e titre ensemble.

Partager

Les autres actualités

Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience.
En savoir plus.

Fermer