balle

Début du tournoi dans

J
H
Min
Sec
Partner open 13

Clash de générations

Publié le 22/02/2019

Clash de générations

Les demi-finales de cette 27e édition sont à l’image du circuit actuel, avec d’un côté l’expérience et de l’autre la fougue de la jeunesse. Qui prendra le dessus ?

Ugo Humbert est le seul rescapé français. Mais le « petit nouveau » n’est pas du genre à se laisser déborder par l’émotion. Pas maintenant, pas tout de suite. Pour l’heure, le jeune Français préfère se concentrer sur son prochain match, cette demi-finale contre Mikhail Kukushkin. Vu de l’extérieur, on se dit que le Messin a un bon coup à jouer face au 50e mondial. Mais lui voit plutôt un match à préparer, comme les autres. C’est sans doute cette concentration, cette rigueur qui font qu’il est là aujourd’hui, dans le dernier carré de l’Open 13 Provence. Une semaine folle quand on pense qu’il n’avait jusque-là remporté que trois matchs sur le grand circuit, mais pas si dingue que ça à y regarder de plus près : « Je gère ça comme les rencontres précédentes. C’est ma première demi-finale, mais c’était aussi mon premier quart ! Je vais préparer ça comme il se doit, me focaliser non pas sur le fait que c’est une demie, mais sur le fait que je vais jouer contre un joueur précis. L’important est de se concentrer sur le jeu et sur la tactique. »

Mikhail Kukushkin, classé 50e au classement mondial, vieux loup expérimenté du circuit (31 ans), a sans doute également en tête le fait qu’il a une chance à prendre face à un jeune Français moins bien classé que lui (75e).

Tsitsipas, le sourire retrouvé

Mais attention, le gaucher impressionne, comme l’a confié Jean-François Caujolle, le directeur du tournoi : « Je le connaissais peu, mais je voyais ses résultats. « Tiens, il accroche Chardy à l’Open d’Australie, il tient les 5 sets, il arrive au bout. » En plus, Chardy joue très bien cette année et n’est pas facile à battre. Ensuite Ugo a fait un très bon match contre Jo à Montpellier. Jo le bat à l’expérience, pas sur le tennis. Et quand je l’ai vu joué ici, j’avais l’impression de voir Guy Forget un peu plus jeune, et même un peu plus que Guy. »

Dans l’autre demi-finale, Stefanos Tsitsipas est un client à prendre très au sérieux. Sur le papier, il est la tête de série n°1, le joueur le mieux classé ici cette semaine (12e). Demi-finaliste à l’Open d’Australie le mois dernier, il a affiché un visage palot par la suite, avant de retrouver ses couleurs à Marseille. « Mon niveau de jeu s’élève de plus en plus au fil des jours, a expliqué Stefanos Tsitsipas. Je suis à nouveau en demi-finale, et même si ce n’est pas la même, ça fait beaucoup de bien. J’espère faire encore un meilleur résultat ici. »

Face à David Goffin, tête de série n°4, qui a éliminé en quart le Français Gilles Simon, le Grec reconnaît qu’il devra avant tout être « patient, agressif et concentré ». Et Stefanos Tsitsipas sait de quoi il parle, lui qui a déjà affronté le Belge à quatre reprises. Le bilan est neutre (2-2), avec à chaque fois des rencontres accrochées.

Bref, ce double conflit des générations devrait tenir toutes ses promesses.

Partager

Les autres actualités

Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience.
En savoir plus.

Fermer