News

"L’Open 13 restera toujours dans mon coeur "

"L’Open 13 restera toujours dans mon coeur "

L’histoire se souviendra que c’est à Marseille que Nick Kyrgios a remporté son tout premier titre sur le circuit ATP. Considéré comme l’un des grands espoirs du tennis mondial, le jeune Australien (21 ans) n’est plus une promesse : il l’a prouvé lors de l’Open 13 Provence 2016, où sa domination fut totale. Il est de retour aujourd’hui au Palais des sports de Marseille, bien décidé à conserver son titre. Rencontre.

 

Propos recueillis par Sandro Piscopo-Reguieg

 

L’année dernière, vous avez remporté l’Open 13 Provence sans perdre le moindre set, donnant l’impression d’une grande facilité… Vous étiez imbattable durant cette semaine ?

Vous savez, j’étais venu ici sans me fixer d’objectif particulier et j’ai donc joué sans pression, ce qui m’a permis d’être à mon meilleur niveau. Après un match ou deux, je me sentais si bien sur le court, que tout m’a réussi...

 

Quel fut le match le plus difficile ?

Pas simple de répondre à cette question… Mais je dirais que l’adversaire le plus redoutable fut Richard Gasquet, qui m’avait déjà battu plusieurs fois, et avec qui j’ai disputé des joutes incroyables par le passé. En puis c’est un ami, quelqu’un pour qui j’ai énormément de respect et d’admiration.

 

Que pensez-vous de l’Open 13 Provence ? Ce tournoi est-il particulier à vos yeux ?

J’adore venir ici, l’organisation est vraiment incroyable, Jean-François Caujolle et son équipe font un travail extraordinaire, que ce soit à Marseille ou dans d’autres tournois du circuit ATP. Je le répète : j’adore l’Open 13, et ce tournoi restera toujours dans mon cœur, car c’est ici que j’ai remporté mon premier titre ATP.

 

Vous avez eu le temps de visiter la ville de Marseille ?

J’avoue que c’est l’un de mes points faibles, vraiment : lorsque je suis en tournée, il faudrait que je sorte un peu plus, que je m’intéresse davantage à la culture, à l’histoire, aux monuments des villes que je traverse. Je crois que c’est le cas de tous les joueurs de tennis : il y a le risque de rester un peu enfermés dans notre petit univers, sans apprécier pleinement les opportunités qui nous sont offertes lors de ces voyages.

 

Vous sortez d’une saison exceptionnelle, qui vous a vu remporter trois titres. Avez-vous quand même un regret concernant l’exercice 2016 ?

Aucun. Si je pouvais revenir en arrière, je ne changerais rien, c’est certain, à 100 %. J’ai certes fait des erreurs (il a été sanctionné par l’ATP pour « violence verbale » envers un spectateur et « conduite antisportive » lors du tournoi de Shanghai, ndlr), mais grâce à elles, j’ai beaucoup appris. Je ne crois pas vraiment aux regrets, c’est un mot trop fort. J’ai su apprendre de mes erreurs, je pense que c’est ce qu’il faut retenir.

 

Quels sont vos objectifs cette année ?

Rester en bonne condition physique, rester concentré, et prendre du plaisir lors de mes entrainements, lors de mes déplacements et dans tout ce qu’implique la vie d’un joueur de tennis professionnel. 

 

Quels sont vos principaux atouts en tant que joueur ?

Mon service est évidemment d’une force exceptionnelle, je suis aussi un bon athlète et je suis plutôt rapide pour ma taille, ce qui est parfois sous-estimé. Mais mon plus grand atout, c’est ma confiance en moi.

 

Que devez-vous encore travailler pour progresser ?

Je dois grandir, devenir plus mature. En essayant de progresser chaque jour, petit à petit, pour franchir un cap. Continuer d’être honnête avec moi-même et avec ceux qui m’entourent, et prendre des décisions intelligentes.

 

Cette année, vous allez croiser un autre grand espoir du tennis de demain à l’Open 13, Alexander Zverev : que pensez-vous de ce joueur ? Y a-t-il une forme de rivalité entre vous ?

J’adore Sasha ; son frère et lui ont toujours été admirables avec moi, ils m’ont toujours soutenu. Nous sommes de très bons amis, je les respecte beaucoup tous les deux. Sasha est un joueur exceptionnel, il gagnera un jour un Grand Chelem, cela ne fait aucun doute. Je ne dirais pas que nous sommes rivaux, pas pour l’instant du moins, mais ce serait génial pour nous et pour nos familles qu’à un certain moment, nous luttions tous les deux pour remporter les plus grands trophées du tennis.

 

Parmi les Français inscrits cette année à l’Open 13, lequel redoutez-vous le plus ?

La France possède un extraordinaire vivier de joueurs. Contre les Français, il est inutile de prévoir un plan à l’avance, ils jouent tous différemment. Sur le papier, la France devrait gagner la Coupe Davis chaque année : il y a ici tellement de très bons joueurs ! Il est donc difficile d’en choisir un seul, ils ont tous des qualités incroyables.

 

Lesquels connaissez vous personnellement ?

Je discute souvent avec Gaël Monfils et Benoît Paire, je suis proche de Richard Gasquet et j’ai aussi de bonnes relations avec Jo Tsonga et Lucas Pouille. Je connais un peu moins Jérémy Chardy, mais je sais que c’est un mec super.

 

On vous compare souvent à Gaël Monfils, notamment pour votre sens du spectacle et votre côté imprévisible…

C’est un honneur. Gaël est certainement le meilleur athlète à avoir jamais tenu une raquette de tennis et avec son jeu spectaculaire, il est l’un des grands atouts du circuit ATP. Mais, surtout, c’est un grand mec, le meilleur être humain que vous pourriez espérer rencontrer. Etre comparé à Gaël est donc, dans tous les cas, un honneur et un privilège.

 

Quels sont les joueurs qui vous ont servi (ou vous servent encore) de modèles ?

Roger Federer évidemment. Comment ne pas s’inspirer de lui ? C’est Dieu ! Andy Murray est quelqu’un que j’admire aussi beaucoup, il a été si gentil et disponible avec moi durant mes deux premières années en pro... Enfin, quand j’étais plus jeune, je me suis beaucoup inspiré de Jo-Wilfried Tsonga pour modeler mon jeu, et j’étais aussi un grand fan de Radek Stepanek.

 

Que faites-vous lorsque vous ne jouez pas au tennis ?

Je joue au basket et aux jeux vidéo – j’y joue beaucoup trop ! - et ce sont deux domaines dans lesquels je suis extrêmement compétitif ; donc en bref, je ne me détends jamais ! Voilà une autre chose que je dois améliorer…

Médiathèque




Résultats

Scores en direct Tous les résultats


Retrouvez-nous

Facebook Twitter Google plus Instagram Flux RSS


Newsletter

INSCRIVEZ-VOUS :


Achetez vos billets